Lésions accidentelles des nerfs après une opération dentaire

Vous ressentez des picotements désagréables et une perte de sensibilité au niveau de la lèvre inférieure, quelques jours, semaines et même mois après une intervention chirurgicale dentaire ? CRPCE nous donne son avis sur les causes probables de cette complication post-chirurgicale.

A quoi servent ces nerfs ?

Les nerfs alvéolaires et linguaux sont garants de la sensibilité du menton, de la lèvre inférieure et de la langue.

Ces nerfs sont situés de part et d’autre de la mâchoire (mandibule). Ils représentent le nerf trijumeau. Nerfs du muscle mylo-hyoïdien, nerf du muscle digastrique, nerf hypoglosse, nerf alvéolaire inférieur constituent en fait un réseau, à proximité des racines de nos dents.

Quand le nerf est endommagé…

Après certains actes chirurgicaux dentaire comme une extraction des dents de sagesse, il est possible pour certains patients de constater une présence de fourmillements, de brûlures et d’insensibilité au niveau de la langue, du menton, de la mâchoire. Dans la plupart de ces cas, les symptômes persistent quelques jours à quelques semaines : le processus de guérison du nerf étant long.

Des symptômes physiques et psychologiques

Ces lésions peuvent-être très gênantes dans le sens où elles peuvent vraiment altérer la qualité de vie des patients et dans certains cas (rares) mener à des incapacités physiques (difficultés de déglutitions si les nerfs linguaux ont été touchés) et psychosociales (troubles émotionnels et dépression dans de rares cas)

Dans 90% la gêne disparaît après 6 mois

En effet et d’après une étude de l’organisation indépendante Cochrane, 90% des patients rencontrent une disparition ou une amélioration significative des blessures après 8 semaines. Néanmoins, si les blessures persistent au-delà des 6 mois, on les considère comme permanentes.

L’avis de CRPCE : prendre rendez-vous avec le chirurgien-dentiste

Si vous rencontrez ces symptômes, il est nécessaire de ne pas attendre et de prendre rendez-vous avec le chirurgien-dentiste qui vous a opéré. Même si patienter reste le meilleur moyen connu à ce jour pour retrouver la sensibilité, votre chirurgien-dentiste pourra vous proposer des dispositifs médicaux pour améliorer votre confort. Vitamines pour stimuler la guérison, traitement spécifique au laser à faible intensité, et dans certains cas, une opération chirurgicale peuvent-être effectivement envisagés. Quant aux traitements médicamenteux à proprement parler, votre médecin pourra prescrire des antiseptiques et des analgésiques si la gêne occasionnée est trop importante. Dans tous, les cas, il est indispensable de consulter le médecin qui vous a opéré, ne serait-ce pour que vous rassurer et vous expliquer comment ces nerfs ont pu être endommagés au cours de votre intervention dentaire.