Jean-Yves Stoquer : les lépidoptéristes, les collectionneurs de papillons

Le terme de lépidoptériste, collectionneur de papillons, vient du nom scientifique des papillons : lépidoptères, qui signifie « ailes avec des écailles ». Les collectionneurs de papillons sont assez nombreux en France, Jean-Yves Stoquer en fait notamment parti. C’est un ingénieur en bâtiment spécialisé dans les fondations spéciales, il travaille avec son fils et sa société s’occupe de la construction des fondations profondes pour les bâtiments sur sols instables. C’est un homme intéressant qui porte plusieurs casquettes dont celle de lépidoptériste.

Comment sont capturés les papillons ?

A la base, les lépidoptéristes chassent les papillons pour ensuite les conserver. Les insectes de jour sont capturés à l’aide d’un filet et les ceux de nuit sont attrapés avec un drap blanc et une lampe. Ils sont ensuite plongés dans un bocal contenant une substance chimique qui les tue instantanément (cyanure de potassium ou éther sulfurique). Les papillons sont ensuite mis en boîte afin d’être présentés. Pour ce faire, il faut au préalable préparer l’insecte, c’est-à-dire effectuer un traitement sur un étaloir pour déployer les ailes avec une vue du dessus ou exceptionnellement une vue du dessous. Il faut environ une demie heure pour préparer l’insecte à l’exposition.

Une passion qui a évolué avec le temps

Avec le réchauffement climatique, la passion de lépidoptériste a dû s’adapter comme le précise Jean-Yves Stoquer : « A titre personnel, je ne chasse plus les papillons, je me contente de les photographier. ». En effet, avec l’activité de plus en plus dévastatrice de l’activité humaine sur son environnement les papillons tendent à disparaître. C’est donc pour cette raison que de nombreux collectionneurs de papillons se tournent vers la photographie pour observer et immortaliser l’insecte dans son milieu naturel.

La disparition de ce magnifique animal est notamment causée par la guerre des hommes contre les insectes. Le développement de l’agriculture industrielle a poussé l’humanité à développer des insecticides et herbicides à partir de nicotinoïdes de synthèse, qui fait des ravages énormes chez les papillons. C’est pourquoi, aujourd’hui il ne reste plus que 10% du nombre de papillons qui pouvaient être compté il y a à peine 50 ans.

Un collectionneur de papillons rares condamné par la justice

L’activité humaine influe tellement sur le nombre de papillons que de nombreuses espèces sont maintenant protégées car menacées. La loi interdit donc formellement la capture, la vente et la mise à mort de ces animaux rares. Les papillons ne font pas exception et un homme de 57 ans en a fait les frais au Royaume-Uni.

Ce collectionneur a donc été condamné par la Bristol Magistrates’ Court, pour avoir capturé et tué deux Azurés du Serpolet dans les réserves naturelles de Somerset et de Gloucestershire en 2015. Ces papillons avaient totalement disparu du Royaume-Uni en 1979 et ont donc fait l’objet d’un programme de réintroduction en 1983. Malgré cette tentative, l’Azuré du Serpolet reste en danger et conserve sa place parmi les espèces en voie de disparition. En Grande-Bretagne, on compte 59 espèces de papillons, dont 25 qui font l’objet d’une politique de conservation. Six d’entre eux sont particulièrement protégés dont l’Azuré du Serpolet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *